Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché français recule en novembre

Citroën est la marque du groupe PSA qui enregistre la meilleure performance en novembre 2018 avec 10,7 % de progression.

Le marché français recule en novembre

Pour le troisième mois consécutif, les immatriculations de VP reculent dans l'Hexagone. Avec 171 611 unités comptabilisées, le repli du mois de novembre 2018 est de 4,7 %. Depuis janvier, la tendance reste toutefois positive et le cap des 2 millions a été franchi grâce à une croissance de 4,7 %.

 

Le WLTP, la fiscalité, le futur malus, mais aussi, sans doute, les Gilets jaunes, n'en finissent pas de perturber le marché français. En effet, depuis l'artificiel mois août 2018 (+40 %), la tendance est à la baisse pour "digérer" son impact. Après -12,8 % en septembre, -1,52 % en octobre, le mois de novembre affiche -4,7 %, avec 171 611 immatriculations.

 

Les raisons sont nombreuses, mais François Roudier, le porte-parole du CCFA, confirme qu'en novembre, "le marché automobile français est resté marqué par l'effet WLTP." Cela étant, si les ventes à particuliers restent stables sur le mois avec seulement -0,33 % (87 427 unités), la partie professionnelle du marché semble avoir tiré le frein à main. En effet, selon les catégories répertoriées par AAA-Data, les "Société Administration" reculent de 1,04 % (22 751), les loueurs longue durée plongent de 8,9 % (18 433), les loueurs courte durée abandonnent 11,36 % (13 500) et enfin les constructeurs réduisent la voilure avec des véhicules de démonstration affichant -12,3 % (26 367 unités).

 

Si les raisons de ses reculs ne sont pas identiques, les incertitudes sur la future grille du malus, progressive pour tenir compte de l'augmentation du CO2 avec le NEDC corrélé, peuvent expliquer cette relative frilosité des canaux professionnels. Le problème, c'est que cette grille n'a pas encore été officiellement votée par le parlement et que cette situation peut créer de l'attentisme.

 

Autre fait marquant de ce mois de novembre, le diesel n'en finit pas de reculer. Ainsi, sur le seul mois de novembre il n'a représenté que 35 % des immatriculations. Logiquement, l'essence gagne du terrain avec 56 %. Les hybrides comptent pour 6 % et les électriques pour 2 %.

 

Côté carrosseries, les SUV continuent leur marche triomphale avec une part de 36 % depuis le début de l'exercice. Mais les berlines n'ont pas dit leur dernier mot car elles progressent aussi, certes moins vite que les SUV, et représentent surtout encore 50 % du marché.

 

Retrouvez toutes les immatriculations VN, VO par marque et modèle en novembre 2018 ici

 

Dans ce contexte, les constructeurs français affichent un bilan mensuel contrasté. Si le groupe PSA gagne 1,9 %, son concurrent de Boulogne plonge de 12,3 %. La performance de Dacia, avec +34,7 %, n'a pu compenser la chute de 25,2 % de Renault. Chez PSA, Citroën montre la belle croissance avec 10,7 % de gagnés quand DS se limite à +1,1 % et que Peugeot et Opel baissent respectivement de 1,3 % et 3,3 %.

 

Parmi les constructeurs étrangers, qui reculent au global de 5,2 %, Toyota continue de surfer sur la vague hybride avec une croissance mensuelle de 20,6 %. Sa marque de luxe, Lexus, fait tout aussi bien avec +17 %. Mais la palme de la croissance revient à Seat avec 42 % de gagnés (2 600 immatriculations), porté par sa doublette du segment B l'Ibiza et l'Arona. Vient ensuite Volvo, dont les immatriculations ont bondi de 38,5 % sous l'effet de la montée en puissance de ses XC40 (3 913 immatriculations) et XC60 (5 142 unités). Avec 3 130 unités en novembre, Hyundai progresse de 18,8 % alors que son compatriote Kia connaît un petit mois avec un repli de 6,1 %.

 

Parmi les autres généralistes, le groupe FCA abandonne 14,1 %. Toutes ses marques sont en recul : Alfa Romeo -59,6 %, Fiat -3,7 % et Jeep -33,5 %. Ford ne fait guère mieux avec -12 %. Pour le groupe VW (-0,8 %), le bilan est très contrasté. Les +42,2 % de Seat sont contrebalancés par les -80 % de Porsche où encore les -37,4 % d'Audi.

 

Skoda, avec + 2,1 %, résiste bien et la marque VW semble enfin avoir des véhicules à livrer après une période compliquée depuis septembre. VW a vu ses immatriculations augmenter de 12,4 % sur le mois (13 146 unités). Dans l'univers premium, où Audi sous-performe, Mercedes limite la cause en comparaison avec -8,3 %. BMW affiche quant à elle -13,4 %, mais Mini assure une belle croissance avec +7 %.

 

Avec les 171 611 immatriculations du mois de novembre, le marché hexagonal vient de franchir, au cumul, le cas des 2 millions d'unités avec 2 008 091 VP immatriculés. De quoi tangenter les 2,2 millions à fin décembre si le dernier mois de l'année tient ses promesses. Rappelons que le mois de décembre 2017 avait totalisé 193 375 unités.

 

Retrouvez toutes les immatriculations VN, VO par marque et modèle en novembre 2018 ici

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ford s’oppose à la reprise du site de Blanquefort par Punch Powerglide

Le constructeur américain a annoncé qu’il écartait l’offre de reprise de son usine de Blanquefort par Punch Powerglide. Bruno le Maire dénonce "la trahison de Ford".

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page